Alerter, masser, défibriller

Lors de la survenue d’un arrêt cardiaque on sait aujourd’hui que la rapidité de l’intervention optimise les chances de survie : une minute gagnée, c'est 10 % de chances de survie en plus. C’est pour cette raison que l’utilisation de ces appareils s’est étendue grâce au décret du 4 mai 2007 qui confère à tout citoyen le droit d’utiliser un défibrillateur automatisé externe (DAE).

L'arrêt cardiaque ou cardio-respiratoire (ACR) est une urgence vitale. L'interruption brutale de la circulation sanguine et l'arrêt ventilatoire provoquent une perte de connaissance. Seule, la mise en place d'une réanimation précoce peut permettre d'éviter le décès. Il faut agir dans les minutes qui suivent l'ACR et les services d'urgence arrivent très souvent trop tard si les témoins de l'accident n'ont pas entrepris des manœuvres de réanimation.

Les trois réflexes essentiels :

1 - Appeler le 15 (SAMU) pour prévenir les secours
 Appeler 1


 


2 - Masser
: Commencer immédiatement le massage cardiaque.
Masser


Le sang ne circulant plus, le cerveau n'est plus alimenté en oxygène. Au-delà de 5 minutes d'arrêt du cœur, les lésions cérébrales sont irréversibles.Le massage cardiaque permet de relancer la circulation sanguine et donc d'oxygéner les cellules.
Une minute gagnée, c'est 10 % de chance de survie en plus.


3 – Défibriller
Defibriller 1


Le défibrillateur automatisé externe (DAE) est d'utilisation simple :
il explique vocalement à l'utilisateur ce qu'il doit faire étape par étape et garantit une utilisation sans risque. 
Il s'utilise au bout de deux minutes de massage cardiaque.


ACTION! - Devenez acteur... Jackie Berroyer - Alban Lenoir (Version longue)